"I Have News.be ": Fail marketing et niveau zéro du journalisme collaboratif


Publié le 17 novembre 2009 par Damien Van Achter

Full disclosure: J’ai travaillé comme journaliste à l’Agence Belga de 2002 à 2007,  mon employeur actuel est client de l’Agence, les propos ci-dessous n’engagent évidemment que moi.

En annonçant par erreur ce lundi la mort de la Reine Fabiola, via son « site participatif »  IHaveNews, l’Agence Belga a réussi, pour ceux qui en avaient encore besoin, à démontrer par l’absurde l’impérative nécessité pour des médias, qu’ils soient « officiels » ou non, de disposer au 21ème Siècle d’un service marketing et d’une structure managériale aware des dynamiques à l’oeuvre sur le web.

Depuis au moins 3 ans, à la même période de l’année, Belga achète en effet à ses clients (qui certains sont par ailleurs ses actionnaires) des espaces publicitaires TV, radio, papier et magazine pour y diffuser une campagne dont l’objet n’a pas sensiblement différé depuis sa version initiale. En gros: « Envoyez-nous vos infos ». Heureusement, on ne vend pas un concept éditorial comme on vend une savonnette. Encore moins lorsqu’il s’agit d’ouvrir aux profanes les portes du sanctuaire de l’information que constitue une agence de presse. Imaginez deux secondes l’AFP annoncer à tort la mort de Giscard et jurer mordicus que cela s’est fait « à l’insu de son plein gré » ….

« Nous vous présentons toutes nos excuses pour les désagréments rencontrés mais le dysfonctionnement de cette campagne est totalement indépendant de notre volonté. »*

Ben voyons. Ce plantage en beauté serait donc à mettre sur le compte d’un vilain internaute, lequel  n’a fait que jouer le jeu auquel on lui proposait de participer et qui a fait ce que n’importe qui aurait fait en tombant sur ce site: « tester pour voir si ça marche ». Et pour marcher, ça a marché. Tellement bien que l’info s’est retrouvée en Une et fait l’ouverture d’un JT.

Non, Belga n’a pas été « victime d’un mauvais plaisantin« . Belga s’est juste tiré au shotgun dans les burnes, tout seul, comme un beau grand vieux media qui pensait que pour exister sur le web, il suffisait de promettre aux internautes la gloire éternelle et la reconnaissance suprême d’avoir  » fait l’information »  pour pas un sou (cfr les CGU ** qui stipulent que l’internaute abandonne ses droits en transmettant une info/photo.)

Ceux qui ont organisé cette campagne n’ont en effet pas estimé vital pour la crédibilité du core-business de l’agence d’impliquer ses propres forces vives journalistiques dans le processus. Dans ce dossier, la rédaction n’a pas eu voix au chapitre, comme pour les éditions précédentes de cette campagne.

Comprenne qui pourra …

Pourquoi croyez-vous que les dirigeants de Spot.us, les fondateurs du Post.fr ou ceux de Rue89.com se sont échinés à faire des business plan, des études de marchés et ont engagé des Digital Native pour accompagner leurs projets éditoriaux participatifs ?  Pourquoi croyez-vous que des bataillons entier de chercheurs, de professeurs d’université, d’économistes et d’entrepreneurs se creusent la tête pour développer des business modèles capables de supporter des activités journalistiques compatibles avec la numérisation des supports et  les changements d’habitudes de consommation de l’information ?

Pas pour sortir un site simpliste comme IHaveNews et faire croire qu’ils veulent réinventer Twitter ou la Presse à moudre le grain, ça je peux vous l’assurer !

Sachez que je ne me réjouis nullement de ce #gigafail, surtout vis-vis de mes ancien(ne)s collègues, dont je comprends tout-à-fait le désarroi et les inquiétudes.

Ceci étant dit, la bonne nouvelle c’est que Fabiola est toujours en vie et que les autres médias belges vont maintenant pouvoir s’en donner à coeur joie et explorer tout le potentiel du journalisme collaboratif. Le pire du pire ayant déjà été fait, ils ne pourront faire que beaucoup mieux !

* « Tout Utilisateur cède, par l’envoi de(s) texte(s) et/ou d(es) image(s) à www.ihavenews.be, ses droits d’utilisation et de propriété sur ce(s) texte(s) et/ou c(es) image(s) à Belga. »

** Extrait du communiqué officiel publié par Belga

Crédit Screenshot: LaLibre.be

Sharing is Caring ... Do you care about this content ?

34 réflexions au sujet de « "I Have News.be ": Fail marketing et niveau zéro du journalisme collaboratif »

  1. Francois

    En fait dans le concept « mortel » (double impact) il manque un élément essentiel.

    Il manque le champs de la carte visa et un gros bouton paypal !

    A tout prendre, pourquoi ne pas faire payer Mr Tout le Monde qui aurait qq chose d’important à crier à la face du monde?

    Payer pour raconter ses conneries, ca fait un peu thérapie non?

    Là ils tiendraient un super génial business modèle : non seulement ils vont avoir des (super) (bonnes) nouvelles (toutes) (fraîches) et (exclusives) mais en plus elles seront payées et revendables.

    Aaaah mais je suis con, j’invente rien : en fait ils avaient déjà eu l’idée pour les entreprises qui veulent diffuser leurs communiqués de presse

    http://www.belgamediasupport.be/send-pressrelease/general.do?type=REGISTER_TARIFICATION

    Bon ceci dit les prix qu’ils demandent pour diffuser un communiqué de presse restent un légèrement surfaits ;-) surtout quand on voit les copiés/collés intégraux qui circulent après => cela devrait être l’inverse …

    Répondre
  2. Mathieu

    Je ne sais pas ce qui est le plus hallucinant !
    La création de ce site, ou les rédactions qui ont publié l’information sans même vérifier les sources …

    Hummmm Belgique quand tu nous tiens :)

    Répondre
  3. Ping : « I Have News.be « : Fail marketing et niveau zéro du journalisme collaboratif | Owni.fr

  4. Ping : On a des choses à se dire » Archive du blog » Nouveaux medias: il faut chercher les clés

  5. hansen joseph

    en effet et on se délecte sur votre blog auquel je m’abonnerais volontiers s’il était payant plutôt que d’acheter Le Soir, bien que j’aie trouvé que la présentation qu’ils ont faite de HVR jeudi était fort bien faite, je leur fais confiance pour le contenu bien entendu car je ne saurais pas faire autrement si ce n’est en lisant vos propes commentaires sur ce blog sur lequel en plus de votre spécialité, la politique si j’ai bien compris, vous nous appportez des billets intéressants sur bien d’autres sujets de la vie courante et tellement bien rédigés et agréables à lire, avec des journalistes comme vous, il y a de l’avenir pour la presse que ce soit par internet ou autrement…

    This comment was originally posted on On a des choses à se dire

    Répondre
  6. fabrice grosfilley

    Deux difficultés dans cette évolution : tu es bien sûr capable de faire le « tri»  parmi les sources qui commentent l’info du moment…. ce n’est peut être pas le cas de tout le monde. Sur twitter, comme sur les blogs on trouve le meilleur (ici) et le pire (ailleurs).
    Deuxième enjeu, et nous en avons déjà si souvent débattu : qui paye les journalistes « fiables»  sur Twitter ?

    This comment was originally posted on On a des choses à se dire

    Répondre
  7. Charles Bricman

    @fabrice: Oh, je ne peux certainement pas tout « trier» , je ne le fais que là où je suis suffisamment sûr de moi et pour le reste, j’enregistre et j’attends confirmation par des sources avérées.

    Sur le deuxième enjeu (qui paie?), c’est effectivement là que le monde change. Moi, personne ne me paie pour twitter, je le fais parce que cela m’est utile de différentes façons. Mais si j’étais patron de presse, j’engagerais mes journalistes à se profiler sur les medias sociaux. Simple anecdote: aujourd’hui, j’ai acheté Libé pour la 1ère fois depuis bien longtemps, probablement parce que Quatremer est entré hier soir su mon écran radar. Et j’y ai trouvé deux autres sujets qui m’ont intéressé. Je pense qu’une entreprise de presse a intérêt à ce que ses journalistes twittent, bloguent, etc. Il n’est donc pas idiot qu’elle les paie (en partie) pour ça.

    This comment was originally posted on On a des choses à se dire

    Répondre
  8. sam piroton

    Pour répondre à Fabrice Grosfilley, je dirais qu’il y a maintenant un outil qui solutionne bcp de problèmes sur twitter: les listes.
    Une liste est un ensemble de personnes suivies par un utilisateur de twitter.

    Supposons donc que cet utilisateur est un groupe de presse, un journaliste. Il se constitue une liste de sources sérieuses, fiables.

    Tout un chacun peut suivre cette même liste. La question du sérieux des infos postées ne se pose donc plus de façon aussi flagrante.

    CQFD

    This comment was originally posted on On a des choses à se dire

    Répondre
  9. Bonne nouvelle

    Ce site ihaveanews je comprend pas vraiment son fonctionnement ya pas de suivi lorsque l’on poste une news pas d’accusé de reception bizarre première et dernière fois que je poste une news chez eu

    Répondre
  10. Ping : [Fail] IHaveNews.be: ne suivez pas la pub | BelgoIT

  11. Ping : L’Information ne nous appartient pas, alors partageons-la ! | Owni.fr

  12. Ping : L’Information ne nous appartient pas, alors partageons-la ! » Damien Van Achter, Since 1977 (et des brouettes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *