Brèves de comptoir journalistico-bloguiennes (ou blogo-journalistiques !?)

Alors que son vice-président, Brad Garlinghouse, rue dans les brancarts et réclame le départ de 15 à 20 pc des effectifs, Yahoo ! annonce avoir conclu un deal avec 176 journaux américains afin de partager du contenu, de la pub (les petites annonces) ainsi que certaines technologies.

In the first phase of the deal, the newspaper companies will begin posting their employment classified ads on Yahoo’s classified jobs site, HotJobs, and start using HotJobs technology to run their own online career ads.

But the long-term goal of the alliance with Yahoo, according to one senior executive at a participating newspaper company, is to be able to have the content of these newspapers tagged and optimized for searching and indexing by Yahoo.

à lire aussi sur The Guardian

Emmanuel publie quant à lui le fumeux mémo, baptisé “The Peanut Butter Manifesto”, et le décrypte en ces termes:

Outre la question de la réduction des effectifs on note dans ce mémo un plaidoyer pour une réorganisation des services: trop de doublons, trop d’inutile concurrence entre les services. Les questions de rémunération des managers sont abordés frontalement, trop de chefs avec des bonus injustifiés, pas assez de risque rémunéré pour les autres. Trop de process, trop de doublons, trop de centralisation, plus grave, un manque de lisibilité dans la stratégie, jugée trop dispersée et pas assez de passion.

De son côté, tout comme l’avait décidé la semaine passée Channel 5, la BBC va rémunérer ceux et celles qui lui enverront des images et des vidéos grâce à leur téléphone portable. Deux conditions sont tout de même établies: 1) only for material that is “particularly editorially important or unique” et 2)  “audiences should not be encouraged to think that payment is the norm”

“The new editorial policy guidelines state: “Material is submitted to the BBC under published terms and conditions. These give us a free, non-exclusive licence to publish on any platform, and the person who took the footage/pictures retains copyright.” (…) Le reste de l’explication se trouve sur Cyberjournalist.net

Toujours en Grande-Bretagne, le Miror va rendre accessible en ligne dès janvier 100 ans d’archives. Il s’agira d’une forme de PDF “searchable” payant.

“It’s possible to find a story and download the page on which it appears, but the other neat thing about it is that whichever page you find with your story on, the system will also bring back the whole edition of that paper,” John Churchill, commercial manager of Mirror Pix.

Un autre article du Journalism.co.uk revient quant à lui sur les avantages que Channel 4 a pu tirer de la complémentarité entre l’UGC et le journalisme traditionnel. Channel 4 a récemment lancé un blog  “The blog also has value in allowing users to engage with the journalists, so it stops it being a single, top-down process”... quand je vous parlais de “tubes” désormais à double sens …. même si bien sûr, “Blogs and UGC alone cannot provide impartial news”, explique son éditeur dans une vidéo youtubée ci-dessous.

Un article pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur l’ACAP(Automated Content Access Protocol), le système pensé par The World Association of Newspapers (WAN), the European Publishers Council (EPC), the International Publishers Association (IPA) and the European Newspapers Association (ENPA) et qui est sensé permettre de trpuver un accord avec les moteurs de recherche dans l’épineux problème du respect des droits (cfr. copipre vs google).

Et enfin, une belle et pertinente question de Mark Glaser, sur Mediashift: “Should bloggers avoid conflicts of interest as journalists do?”
Et de soumettre à votre perspicacité ce commentaire de Michael Arrington (le boss de Techcrunch)

“TechCrunch is all about insider information and conflicts of interest. The only way I get access to the information I do is because these entrepreneurs and venture capitalists are my friends. I genuinely like these people and want them to succeed, and they know it and therefore trust me more than they trust traditional press.”