Citizenbay: journalisme citoyen à 2 balles.0


Publié le 3 octobre 2006 par Damien Van Achter

Je suis généralement parmi les premiers à m’emballer et à soutenir les initiatives qui associent les mots « citoyen » et « journaliste » dans la même phrase. Quand en plus il est question de créer du lien social au niveau local, je suis à chaque fois à deux doigts de la pâmoison. Mais dans le cas de Citizenbay, lancé hier en France et aux USA, j’estime qu’il s’agit vraiment d’un bel exemple de « crowdsourcing » éhonté au business modèle obscure, ce qui en soi n’est pas si grave à l’heure 2.0, mais doublé d’un léger foutage de gueule envers les internautes, ce qui l’est déjà beaucoup plus.

Je m’explique.

Citizenbay est une plateforme sur laquelle les internautes sont invités à rédiger/publier/consulter/voter/commenter des articles à l’intérêt estampillé « local » et qui sont répartis dans trois catégories à priori distinctes: Actualités, Annonces et Evénements. Le principe est limpide: n’importe qui peut proposer n’importe quoi comme info (pour autant qu’elle satisfasse au « Code de Déontolgie », on y reviendra plus tard) et c’est la communauté qui par ses votes va se charger de la propulser en tête infos pour les villes couvertes. Le but: comme tous les logiciels dits « sociaux », Citizenbay table sur ce sacro-saint bon sens commun et autorégulateur cher à la blogosphère pour créer de la valeur ajoutée. La notion de « crowdsourcing » ne dit rien d’autre, si ce n’est qu’elle ajoute cette notion de « travail presque gratuit » car réalisé par des passionnés sur une infime partie d’un tout qui, lui, est bien plus valorisable. Dans sa définition, traduite par InternetActu, Jeff Howe (Wired) énonçait 5 règles de cette nouvelle organisation du travail.

1. La foule est dispersée ;
2. La foule a peu de temps à vous accorder ;
3. La foule est pleine de spécialistes ;
4. La foule produit la plupart du temps de la merde ;
5. Mais elle sait aussi trouver la matière la plus appropriée.

Pourquoi est-ce Citizenbay, qui je le répète part certainement d’une bonne intention, verse toutefois dans le foutage de gueule ? Non pas parce qu’elle propose de rémunérer ses « meilleurs » contributeurs, mais surtout dans la manière de présenter les choses et d’opérer cette redistribution

Entendons-nous bien. Je suis le premier défenseur du fait de rémunérer d’une manière ou d’une autre les producteurs de contenu. Que ce soit dans le cas de GooglevsCopiepresse ou de Netscape/Digg, je n’ai jamais prétendu que l’info était gratuite et devait le rester. J’ai applaudis à deux mains quand Jason Calacanis a proposé de payer 1.000$/mois les meilleurs contributeurs de son Netscape et je cogite depuis sufisamment longtemps sur une manière « intelligente » de valoriser ma production bloguesque pour dire que tout travail mérite salaire. Là n’est pas la question.

Là où ça coince vachement, à mon sens, en ce qui concerne Citizenbay, c’est que cette rémunération est avancée par son fondateur Oleg Tscheltzoff (déjà à l’origine de Fotolia) comme l’argument massue qui va faire de Citizenbay « The Place To Be » pour networker localement intelligemment. Dans un podcast réalisé avec Loic Le Meur, Oleg n’hésite en effet pas à dire que certains contributeurs réussiront à vivre de leur production, en citant le chiffre mirobolant de 100 à 150 $ dollars par jour pour les meilleurs d’entre-eux. (cfr Dewplayer à 185 sur le version audio de ce podcast) Il est pourtant clairement stipulé dans la FAQ que « le montant maximum payé à un auteur/rapporteur par jour est de 100$ ») …

Comment vont-ils faire pour gagner ce « salaire » ? Tout simplement en réussissant à placer leurs actualités (pas les annonces ni les événements) parmi les 10 les plus populaires (qui ont reçu le plus de votes) de chaque ville primaire , c’est à dire qui soit à une population de 1 million d’habitants, soit est la capitale d’un Etat ou d’une région; ou soit est une ville très active sur Citizenbay (quel est le critère pour définir une ville « très active » ?)

Pour cela, les infos sont classées en deux catégories:

–>> Les news rédigées, c’est-à-dire écrites de sa propre main sans pompage ni plagiat, avec des images, des photos et même des podcasts (ben voyons !). Vu les conditions énoncées dans le Code de Déontologie (on y reviendra, promis), il s’agit donc là d’une très jolie pige qui pourrait tout à fait avoir sa place dans un canard local (si tant est que celui-ci ait un site pour diffuser ledit podcast, mais c’est un autre débat).

Prix de cette pige: 10 $ si elle arrive N°1 ou N°2 à la fin de la journée, 8 $ si elle n’est que 3ème ou 4ème et 2$ si elle a la chance de figurer en lanterne rouge du top 10

–>> Les news « rapportées », c’est-à-dire « que vous avez vues sur un autre site web ou un blog et que vous jugez suffisamment intéressantes pour les partager ou les promouvoir auprès de la communauté Citizenbay »

Prix de ces news: 1$/pièce si elles figurent dans les 10 premières

Pour réussir à aller chercher ces 100 $ par jour, vous allez donc devoir pondre un nombre dément d’articles (la probabilité de réussir à placer 10 articles en N°1 ou n°2 chaque jour sur dix villes diférentes est infime) d’excellente qualité (si vous voulez arriver dans le top 10) sur des actus qui concernent des villes primaires qui, outre la plus proche de chez vous, seront forcément à des kilomètres de votre actualité « locale » (comment écrir/rapporter un article pertinent, cfr Déontologie, dans ces conditions ?!) … Je ne comprends en outre pas la mention qui est faite une seule fois dans la FAQ à propos d’un  » seuil de 100 vues pour les meilleurs articles qui ne sera peut-être pas atteint au début ». Est-ce une autre condition sine qua non à un paiement ?

Prétendre qu’il sera possible de vivre de son activité de « journaliste citoyen » sur Cityzenbay est donc, à mon sens, une vaste blague (et vous l’aurez compris, je reste vachement poli)

Un autre problème il me semble est celui des droits d’auteurs liés à ces productions (c’est de saison semble-t-il :-).
Citizenbay annonce en effet dans sa FAQ que « Vous détenez tous les droits sur les contenus que vous produisez et soumettez à Citizenbay. Vos posts sont protégés par la licence Commons Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.5. Or, dans la même FAQ ainsi qu’en bas de page, le lien renseigné pointe vers la licence Creative Commons Attribution-Non Commerciale 2.5 qui, elle, stipule le droit de modifier les créations. Alors, avec ou sans modifications ? Je n’y connas pas grand chose en Licence CC, mais ce « détail » pourrait avoir son importance.

En effet, Citizenbay envisage de « bâtir des contacts »(sic) avec des médias locaux « qui pourraient être intéressés par l’achat des meilleurs articles pour leurs éditions » dixit à nouveau la FAQ. Si Citizenbay affirme, conformément à la License CC que « Nous contacterons chaque auteur séparément quand cette possibilité se présentera », il reste que les conditions générales d’utilisation stipulent clairement que « vous reconnaissez, vous déclarez et vous garantissez automatiquement que vous avez le droit d’accorder à Citizenbay une licence internationale irrévocable, perpétuelle, non-exclusive, entièrement payée (l’enphase est de moi), pour utiliser, copier, exécuter, afficher et distribuer le Contenu, mais aussi pour préparer des oeuvres dérivées ou intégrer ledit Contenu dans d’autres travaux, et enfin d’accorder et d’autoriser des sous-licences (par l’intermédiaire de plusieurs tiers) dudit Contenu ».

Faut-il comprendre ici que la licence Creative Commons oblige Citizenbay à prévenir l’auteur en cas d’intérêt de la part d’un journal local mais pas de le rémunérer en sus ? Sachant qu’il n’y a pas de pub pour l’instant sur Citizenbay et qu’il n’y a aucun business model affiché qui permettrait de comprendre d’où viendrait la tune pour rémunérer les contributeurs, on peut croire, comme l’indique à nouveau la FAQ que c’est de la vente de ces sous-licenses que Citizenbay compte vivre … Si vous avez besoin de cotenu pour un usage professionnel, il est stipulé que vous devez prendre contact avec Citizenbay, « en précisant l’article que vous voulez utiliser, les détails de l’utilisation et le prix que vous êtes prêt à payer. Nous négocierons avec l’auteur. Les contacts directs sont interdits et entraîneront une suppression immédiate du compte du membre ».
On en badine pas avec l’exclusivité du rôle d’intermédiaire chez Citizenbay …

Enfin, chose promie chose due, jetons un oeil à ce fameux Code de Déontologie (dont le non-respect « se traduira par une annulation immédiate de l’adhésion et par la suppression de tous les posts rédigés jusque-là par ledit membre« , donc de son compte-cash-goutte aussi, je présume). Toute la « qualité » du contenu est censé être assurée par ces mantras, dont ceux que j’ai soulignés mériteraient à eux seuls la palme de la démagogie 2.0. Ce qui est certain, c’est qu’à ce prix-là, peu de billets vont pouvoir rester en ligne très longtemps…

# Je posterai toujours un contenu pertinent
# Je préciserai toujours la ville d’origine de façon exacte dans chacun de mes posts
# Je ne posterai pas de spam ni de fausses informations
# Je respecterai les autres utilisateurs
# J’informerai des comportements abusifs ou irrespectueux
# J‘informerai des mauvais ou faux articles
# Je serai honnête dans mes votes, opinions ou commentaires
# Je ne plagierai pas
# Je ne posterai pas d’articles en double

Question de ne pas faire de ce billet un post kilomérique (bon d’accord, c’est déjà le cas) , je n’aborderai pas les catégories Annonces et Evénements. De nouveau, l’idée est tout bonne est vachement porteuse. Les « petites annonces » sont les vaches à lait des quotidens régionaux et skipper l’intermédaire est une des recettes les plus en vogue du moment.

Reste que, d’une manière générale, faire jouer aux internautes le rôle d’aspirateurs humains pour remplir une plateforme qui se dégage de ses responsabilités éditoriales pour se concentrer uniquement sur le volume … ça n’a rien de très glorieux.

Ca sent le recopiage à plein nez des pages « loisirs » et « Que faire ce week-end à Outsiplou » de la gazette locale …. à qui on va essayer de revendre le contenu par après ? Agoravox n’y est pas parvenu, pourquoi y réussiriez-vous ? Et à nouveau, puisqu’il ne s’agit pas d’une promesse (cfr podcast) d’où vient l’argent pour rémunérer tout de suite vos meilleurs contributeurs ? Quel enveloppe avez-vous avant de devoir absolument trouver du cash frais ?

L’actu locale sur le web est une voie d’avenir parce que justement, les citoyens connectés verront leurs expériences (partagées via du texte, de l’audio ou de la vidéo) mises en valeur par le travail éditorial de journalistes qu auront appris à utiliser ces outils pour pratiquer leur métier autrement. C’est la combinaison des apports de chacun, avec des groupes de presse forts en backup financier, pour produire in fine une plus value pour l’internaute qui devrait vous guider, vous les entrepreneurs du web … pas uniquement la caillasse que vous pourriez retirer d’un deal juteux en Sillicon Valley d’ici 6 mois. Vos idées méritent mieux que cela.

On vous entend depuis longtemps vous gausser de la naïveté des journalistes en ce qui concerne la philosophie du web; mais avec des projets comme Citizenbay, vous faites à votre tour preuve de bien beaucoup d’ignorance quant à la qualité et à la valeur des contributions des internautes au débat « citoyen ».

PLUS TARD: Dans une interview datée du 18 octobe accordée à Neteco, Oleg Tscheltzoff revoit quelque peu sa copie et estime maintenant que « Certains contributeurs peuvent y voir un moyen d’arrondir leurs fins de
mois en alimentant la communauté (jusqu’à 80 euros par jour) » … on est loin des 150 euros avancés lors du lancement.

Technorati Tags: , , , , , ,

Sharing is Caring ... Do you care about this content ?

Une réflexion au sujet de « Citizenbay: journalisme citoyen à 2 balles.0 »

  1. Ping : :: Esprit Blog ::

  2. oleg tscheltzoff

    En attendant le système a le mérite d’exister . Il aurait fallu mieux ne rien payer ?
    Comme vous signalez, pour l’ instant il n’ y a pas de revenu , et le projet c’ est d’ attirer a terme des annonceurs locaux . C’est ça le business modèle mais ca prend du temps .
    Mais la , au lieu de promettre du rêve , nous avons décider de rémunérer les auteurs dès le 1ere jour . Certain peuvent penser que c’ est peu, d’ autre beaucoup, mais au moins cela à le mérite d’ exister . Si un jour on est capable de générer d’ important revenue publicitaires on augmentera les revenus. Car je veux que ca soit gagnat-gagnat. J’ ai du mal a comprendre les gens qui ne savent que critiquer et qui critique une initiative qui justement dès je début annonce la couleur et dit haut et fort : on vous associe au projet ! Vous auriez préféré quoi ? Qu’ on ne paye rien du tout ? J’ ai du mal a comprendre .. . En attendant il y en qui ont compris que c’ est un moyen de gagner un peu de sous , ou même de promouvoir son blog et que c’ est un concept qui peut être intéressant pour développer des réseaux locaux .

    Répondre
  3. damien

    Merci Oleg de venir donner quelques explications en plus.
    Ok pour les annonceurs locaux à terme, c’est un modèle qui peut tenir la route mais de nouveau à condition de « faire du volume ». Quel annoncuer va prendre le risque de venir annoncer sur un contenu à la qualité aussi aléatoire .. j’ai des grands doutes. Ceci dit, c’est clair que décider de rémunérer est une bonne chose (relis moi bien) mais pas comme ça. Enfin, quand tu dis « J’ ai du mal a comprendre les gens qui ne savent que critiquer », franchement … parcourt un peu ce blog et tu verras que je suis plus proche du fumeur de pétard béat que du sceptique hypocondriaque

    Répondre
  4. oleg tscheltzoff

    Oui il faut du volume, beaucoup de volume , c’ est pour cela qu’ il faut motiver les gens et les associer dès le début et aussi faire comprendre que toutes les actus sont intéréssantes . C’ est pas necessairement des déplacement ou autre, ca peut etre des actus de voisinage, des micros actus ou bien chercher des choses intéressantes sur le web à partager . A l’ instant T il ya 800 articles/jour qui peuvent être rémunérés. Ca fait des sous a debourser tous les jours pour construire et je me suis engager a le faire car j’ y crois . Il ya pas beaucoup de gens qui mettent leurs c… es sur la table comme ca . Tu en connais toi ? En général c ‘ est des discours du type plus tard, on verra .. Hope ! Quant à la qualité c’ est les gens qui vont décider , et j’ ai confience en l’ intelligence collective , pas toi ?

    Répondre
  5. damien

    je ne doute pas de ta bonne volonté, Oleg. Rémunérer est en soi une bonne chose, je le répète, mais dans les modalités et surtout dans la manière de présenter les chose, ça coince. Quand tu laches chez Loic entre 100 et 150 $ par jour …c de la blague.Personne en gagnera jamais ça sur Citizenbay, même dans 5 ans. Alors, gagner quelques euros de temps en temps pour alimenter une plateforme qui va revendre ce contenu par après .. sans moi. Oui, je crois e l’intelligence collective, bien sûr ! Mais je crois au aussi aux dérives des masses, surtout sur le web (cfr digg et les « trucages » pour amener des news en homepage. Bien sûr qu’il faut donner la possibilité aux internautes d’exprimer leur hierarchie de l’info.. mais en soi, ça n’a aucune valeur ajoutée. Digg et tous ses like ne sont rien qu’autre que des prises de température à l’instant T, as du « journalisme citoyen » loin de là. Et de ce que je vois, Citizenbay ressemble bien plus à Digg qu’à NewAssignment, par exemle.

    Tu ne réponds pas non plus aux questions que je pose par rapport à la Licence CC , aux sous-licences pour la presse locale ou aux 100 vues minimum pour être rémunérés …

    Il reste que je regarderai avec beaucoup d’attention l’évolution de ta plateforme, des contenus qui y seront proposés et des liens qui se créeront au niveau local entre internautes.. je me plante peut-être complètement mais je maintiens ce que j’ai écrit aujourd’hui après avoir passé plusieurs heures à essayer de comprendre le mode de fonctionnement que vous proposez.

    Répondre
  6. Ping : Jacques FROISSANT Altaïde

  7. oleg tscheltzoff

    il est pas question de revendre le contenu. L’ auteur garde tous les droits de son contenu puisque le contenue est publié sous licence creative commmons . L’ auteur ne nous cède que les droits pour publier sur notre site , rien d’ autre. Si qqun d’ autre
    s’ intéresse au contenu , on met en relation c’ est tout. Bref, et en toute gentillesse , tout ce que tu dit c’ est un peu du n’ importe quoi. Sinon oui c’ est système a la Digg , je vois pas ce qu’ il ya de mal , au contraire, et 100 USD par jour contraieremnt à ce que tu pense c ‘ est tout à fait possible et rien ne nous empêche de revoir les tarifs de toute façon un jour ou l’ autre , mais les jalons sont posés .

    Répondre
  8. damien

    Tu dit « Si qqun d’ autre s’ intéresse au contenu , on met en relation c’ est tout ». Pourquoi les prises de contact direct sans passer par vous sont-elles strictement interdites alors ?

    Je nai jamais dit que je trouvais « mauvais » le système à la digg, je dis juste qu’il a montré ses limites (1pc de producteurs de qualité, « petits arrangements entre amis » pour pousser des news en home,etc.) Appeller ça du journalisme citoyen est un leurre. Quand au fait que ça pourrait donner de la visibilité aux bloggueurs qui bossent bien… je reste sceptique . Le rapport qualité/bruit risque d’être très faible. J’entends bien en ce qui concerne les 100 $ et je ne doute pas que vos projections aient démontré que c’était possible, j’attends simplement de voir quand et comment le premier internaute gagnera cette somme. A nouveau, je le répète, je ne considère pas que Citizenbay est « mauvais », j’aimerais que cela puisse marcher. Mais à l’heure actuelle je suis loin d’en être convaincu. J’émets des critiques argumentées et loin d’être gratuites, si tu considères vraiment que c’est du « n’importe quoi » libre à toi de ne pas venir y répondre

    Répondre
  9. katsoura

    J’ai aussi tiqué en regardant le dernier podcast sur LCI ou Citizenbay faisait sa présentation. Donc si j’ai bien compris, je trouve un article sur le blog de Damien (par exemple) je le pompe dans son intégralité, je le poste sur ledit site et si Damien a fait du bon boulot je peux gagner de la thune ? Euh… je dois avoir loupé un truc.

    Ce que je vais faire c’est de la veille sur les sites people et dès que je vois un truc croustillant je balance le contenu.

    « Je posterai toujours un contenu pertinent » => C’est quoi un contenu pertinent ? Une star à poils c’est pertinent ? pcq ça intéresse beaucoup de monde et je risque bien d’être en tête des votes. Mais si j’ai vraiment du contenu pertinent, je vais le donner à un site pour gagner deux dollars ?

    Répondre
  10. mazu

    Peut-être qu’en Belgique on est moins naïf et crédule, que le journalisme citoyen, les blogs et tout ce beau bruit on l’analyse de manière plus pragmatique.
    Quand on voit comment LLM (Loic Lemeur) a traité l’affaire CopiePresse…
    C’est bien beau de buzzer à tout va pour se faire racheter, mais à un moment il faudrait peut-être être sérieux.
    Déjà avoir deux types de licenses CC et tout ça sans avoir une réponse claire d’Oleg, ça n’inspire pas confiance. clamer qu’on peut se faire 100 à 150 $ / jour alors que c’est limité à 100$, et vu le mode de rétribution, comme Damien je ne comprends pas.
    Je pense aussi que l’analyse de Damien est excellente, pondérée et pragmatique. Damien est tout sauf un trolleur ou un casseur de buzz, il est simplement realiste.

    Répondre
  11. SC

    C’est l’arnaque à 2 balles, ce truc.
    Et l’autre Oleg avec son discours de « mérite démocratique », hahaha… la moindre connerie qui génère du trafic génère des dollars (le dernier coincoin à la mode, Jennifer Lopez qui se remet avec Ben Affleck…) Par contre, le mec qui décrypte le conflit israelo-palestinien ou l’implication US dans la formation de Ben Laden avec des heures de documentation en amont si ça coince un peu avec l’intelligence de lecture du premier troll venu, nada.

    J’ai jamais vu de pire usine à gaz depuis les bédés vendues en rue soi-disant au profit de la chaîne bleue des animaux…

    Répondre
  12. The Mole

    Oleg s’enfonce littéralement à force de tenter de nous convaincre de ses bonnes intentions. Damien a parfaitement dressé le tableau: ce trux n’est tout simplement pas crédible. Et je ne suis, pour ma part, pas du tout rassuré sur les « bonnes intentions » de ces thuriféraires de « l’intelligence collective ». Sergio a vu juste: l’info dictée par l’audimat, la quête de trafic, vire généralement au peopolisme bas de plafond, au sensationnalisme de pointe d’iceberg. Je ne parie d’ailleurs pas davantage sur des formules qui peuvent apparaître moins superficielles (genre NewAssignment, sorry Damien): je suis de ceux qui pensent qu’il faut parfois « imposer » des sujets aux lecteurs… Des trucs essentiels, graves, difficiles qui les concernent au premier chef alors qu’ils n’en sont pas conscients. S’il ne faut compter que sur « l’intelligence collective », sur l’audimat ou sur la « subsidiation » à la NewAssignment pour voir émerger certaines infos, autant s’abonner sans délai au « Quotidien de Pyongyang ». Ca risque à tous les coups d’être plus dense. Et plus drôle.

    Répondre
  13. Christophe Grébert

    J’y suis allé. J’ai déposé des news sur Puteaux. Je l’ai fait et je vais continuer à le faire par curiosité, pour voir ce que cela donne. 1/ Cela peut m’apporter une visibilité supplémentaire 2/ comme toi Damien, je suis attentif aux initiatives qui envisagent la rémunération du journaliste-citoyen, mais si le « buziness modele » est encore loin d’etre posé.

    Je viens voir…. Mais ce sera ensuite à Oleg de parvenir à faire en sorte que des gens comme moi qui apportont un contenu local, éditorialisé et pensé (« pertinent » ?) viennent et restent dans sa communauté.
    Son entreprise reussira s’il parvient à avoir du contenu de qualité. C’est ca son challenge.

    Répondre
  14. damien

    @katsoura: « poster contenu pertinent », voilà en effet toute l’ambiguité du truc… chacun a sa propre définition, celui qui poste et celui qui va émettre un « averttissement ». Potentiellement, toutes les news peuvent se voir frapper de nullité.
    @Mazu: merci pour les fleurs :) en ce qui concenre loïc, ça fait longtemps qu’il n’a plus été critique par rapport à un service.. tout simplement parce qu’il est engagé jusqu’à la garde dans cet univers d’entrepreneurs qui se renvoient l’ascenseur à longueur de journée pour pousser leurs business vers la cashmachine. C’est un chouette type, affable, et qui ouvert des putains de porte. Mais ça reste un golden boy, pas un philanthrope (même si sa passion fait qu’il se dépense sans compter). En ce qui me concerne, il m’a blacklisté depuis que j’ai eu le malheur de dire qu’il avait « servi la soupe  » à Sarkozy lors de son podcast. Ca ne m’empêche pas de continuer à le lire :)
    @SC: oulà, vous ici !. Welcome sir ;) c’est bien tout le problème de l »intelligence collective »… elle est « moyenne » et a donc de facto tendance à tirer vers le bas de l’exceptionnelement bon et à hisser vers le haut de l’incroyablement mauvais.
    @The Mole: là où Oleg me déçoit surtout c’est qu’il ne répond à aucune de mes questions, ce qui me conforte dans mes craintes. Pour NewAssignment, je pense qu’il s’agira d’un modèle à intégrer dans les rédactions d’une manirèe ou d’une autre. Peut-être que ex nihilo, il ne peut paut-être survivre très longtemps sans généreux mécènes (Reuters vient quand même de balancer 100.000 $ dans le projet), mais intégré dans un tout, c’est d’une force incroyable … Le métier de journaliste va changer mais il sera plus que jamais nécessaire .. ça tombe plutôt bien, non ? ;-)
    @Christophe: tu as tout à fait raison de tester le service. C’est à fond dans ton créneau ! Mais crois-tu que ça peut réellement t’apporter de la visibilité en plus ? Les Putéoliens qui s’intéressent à la vie de leur commune n’ont-ils pas plus facile de googler Puteau plutôt que de recevoir dun torrent de pub par le flux rss « Puteau » de Citizenbay ? Quand tu dis « e sera ensuite à Oleg de parvenir à faire en sorte que des gens comme moi qui apportont un contenu local, éditorialisé et pensé (« pertinent » ?) viennent et restent dans sa communauté. », comment veux-tu qu’il fasse quoi que ce soit puisqu’il n’y a aucun levier éditorial, si ce n’est de virer une info pas assez « code de déontologie » … Si au moins il y avait un système à la Netscape avec l apossibilité de mettre en avant certaines news … mais pour ça il faut payer des types qui monitirent le contenu , ce qui est impossible à l’échelel de Citizenbay.
    Enfin, teste et n’hésite pas à me feedbacker à ce sujet, je suis évidemment super preneur ;)

    Répondre
  15. SC

    Ben oui, moi ici… Ca fait un peu « club des amateurs de démontage de montres suisses » ce blog, avec toutes ces geekeries, ces fulgorolinks et les fluxogires dont je me fous éperdument et auxquelles je n’entrave que pouic mais là, c’est un sujet compréhensible avec des vrais bout de scandale dedans et, tcheu, ça me touche direct en plus ;-DDDD

    Répondre
  16. Benoît

    J’ai également été surpris par les $100/jour dans le podcast.

    Je suis moins critique que toi Damien. Oleg essaie, reconnaissons-lui ce mérite là. Le service se lance, des erreurs de jeunesse (comme un typo dans le nom d’une licence) sont possibles et même normal. Je veux bien croire qu’il ajustera le tir dans la durée mais j’ai été… choqué de le voir présenter $100 comme le juste salaire de ce travail.

    Effectivement $100 pour la masse de travail que cela représente (sans parler des frais exposés), c’est très peu. Mais je comprends l’impératif économique derrière, c’est peu quand on les reçoit (pour 10 articles), mais c’est beaucoup quand on les dépense.

    Simplement je crois qu’Oleg aurait été plus crédible s’il avait tenu un discours « on se lance, on va paier ceci, c’est un début » plutôt que le ton utilisé.

    Répondre
  17. damien

    @Benoît: je lui accorde certainement le mérite d’essayer, mais comme tu dis, son projet aurait gagner en crédibilité en évitant de faire miroiter des sommes d’autant plus ridicules qu’inateignables par l’internaute lambda. Il se sert de cet argument pour amener du monde alors que ça n’aurait dû être qu’un bonus. Au mieux, c’est une faute de com’, au pire de stratégie. Il faut écrire un jour un papier argumenté ou réaliser un podcast bien torché (t’es bien placé pour savoir de quoi je parle ;) pour se rendre compte de la somme de travail que cela représente…

    Répondre
  18. Benoît

    Ta remarque m’inspire une réflexion différente et m’aide peut-être enfin à mettre le doigt sur le malaise que je ressens depuis l’écoute de cette interview.

    En poursuivant la réflexion… si un journal peut acheter un papier bien ficelé pour $10 ($100/10 papiers) pourquoi paier un journaliste le tarif habituel pour un papier de qualité équivallente ?

    Sauf erreur de ma part, Oleg est également créateur de Fotolia, une banque d’image construite sur un principe similaire : plutôt que de commander en payant le prix fort une photo sur mesure, on achète à vil prix une image de qualité équivalente mais non personalisée.

    Certains photographes ont fait fortune grâce aux banques d’image (soit en jouant le jeu à fond, soit en s’en démarquant par une qualité incomparable) mais surtout beaucoup d’autres n’ont pas pû s’adapter et ont fermé boutique… On peut débattre sans fin de la pertinence d’une offre standardisée, en apparence moins qualitative, mais quand la qualité est suffisante et le prix assez bas, il semble que le choix soit facile.

    Répondre
  19. Pascal

    Intéressé par le concept, je teste Citizenbay depuis quelques temps en y publiant des articles sur des évènements ou une actualité locale.
    Première remarque, le nombre d’internautes intéressés par une actualité portant sur une ville de moins de 250 000 habitants ne permet pas à l’auteur d’espèrer un retour autre que symbolique, y comprit sur un scoop local (testé).
    Plus gênant encore à mon sens, l’adresse du site donnée au moment de l’intégration de votre article est considérée comme une source externe que vous relayez, en aucun cas comme La source.
    Enfin le tour de passe-passe Dollar / euro déjà pratiqué par Google et condamné fortement par les européens utilisateur de Adsense fait que vous perdez en gros 15 % de la valeur de la rémunération.
    L’expérience reste cependant intéressante sur le fond et à suivre. Ce que je fais.

    Répondre
  20. damien

    hello Pascal,

    merci pour ce feedback sur Citizenbay. Il est intéressant à plus d’un titre. C’est vrai aussi que ce n’est que sur le long terme qu’un tel projet va pouvoir être jugé, mais les doutes que j’émettais me semble toujours d’actualité :-) N’hésitez pas à continuer à me/nous tenir au courant de votre « expérience client », c’est très intéressant :-)

    Répondre
  21. katsoura

    Je confirme Benoît, Oleg est bien le boss de Fotolia: http://blog.fotolia.com/france/podcast/podcast_le_meur.html

    Il faut savoir aussi que pour la rémunération des photos, si elle est vendue à 1 euro, la marge que se prend Fotolia est de 33% jusqu’à 80% (!) en fonction de différents critère.

    Et comme tu dis, j’imagine que beaucoup de photographes ont du subir le coup de ces banques d’images bon marché.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *