Au diable la calculatrice


Publié le 26 octobre 2006 par Damien Van Achter

Cela fait un bout un temps que cette idée me trotte dans la tête. Le récent billet de Guy Birenbaum, qui emploi la même expression que moi en parlant de l’enquête Techelman, a fini aujourd’hui de me convaincre.

(…) Je suis effaré des classements bidons qui envahissent l’espace, de ces statistiques trafiquées par des fabricants de stats, de ces blogueurs trèèèèèès influents et en même temps actionnaires principaux de boîtes qui mesurent l’influence… – comme on compare la taille de sa quéquette quand on a cinq ans – et de tous ces petits arrangements avec la vérité qui n’ont en fait que deux objectifs.

1° Ramener tout le pognon de la bulle vers des frimeurs sans scrupule qui l’ont déjà.

2° Permettre aux mêmes frimeurs de se la raconter partout et d’exister, surtout hors du net. (…)

Retroactes

Si j’ai commencé à m’intéresser aux blogs, vers la fin 2004, c’est essentiellement parce que j’étais sidéré par le potentiel d' »ouverture de gueule » que représentait ces nouveaux outils. Le jeune journaliste fumeur de pétards que j’étais découvrait là une panacée de la liberté d’expression et s’imaginait déjà rédac’ chef d’une colonie d’intrépides blogueurs disséminés de part le monde, dont le seul objectif aurait été de dénoncer les magouilles des corrupteurs d’opinion publique et les profits bien mal acquis des nababs bordés de bikinis.

Deux ans plus tard, après moults heures/jours/nuits à dévorer des centaines de billets à la volée, à m’emberlificoter les balises html, à tirer des plans sur la comète citoyenne, à dénicher les flux RSS les plus enrichissants et à m’appliquer à la rédaction de mes propres divagations, force m’est de constater que les corrupteurs d’opinions et les nababs bikinisés sont ceux qui ont le mieux tiré parti du potentiel « remplissage de poche » de ces nouveaux outils.

Comprenez-moi bien. Je ne suis ni en train de vous dire que « finalement, les blogs, beurk » ni que « ceux qui font du pognon avec les outils 2.0 ont tous vendus leur âme au Grand Capital ». Il existe suffisamment d’initiatives où le web est devenu le support idéal à la réalisation d’objectifs certes louables mais pas forcément donnés.

Je dis juste qu’en ce qui me concerne, j’en ai plusquemarre de consulter mes statistiques comme PPD ou de Brigode pour savoir « si la journée a été bonne ». J’en ai ras le blackberry de checker les mots-clés utilisés par plus de 70 pc de ceux qui aboutissent chaque jour sur mes pages pour optimiser les titres de mes billets ou les tags technorati. Marre de ces sacro-saintes mesures qui sont censées m’assurer un max de cash lorsque je ferai « du volume », quitte à publier n’importe quoi ou à jouer la provoc » trollesque, via un savant saupoudrage d’Adsense dans mes colonnes.

Oui, je ne peux pas le nier, j’ai eu la prétention de pouvoir tirer des revenus de mon activité bloguesque.

Je l’ai toujours. Mais pas comme ça.

Mon blog n’est pas une entreprise de presse ni une télévision privée. Je laisse à chacun le choix de faire ce qu’il veut de son temps de ceerveau disponible. Au pire, je considère qu’il est devenu un outil marketing de ma personnalité. Si je m’y met en scène, c’est pour le plaisir de partager avec vous ce que j’apprends et de profiter de cette fenêtre de tir pour catharsiser mes frustrations professionnelles. Il se fait qu’elles sont nombreuses mais, aucune n’étant mortelle, je ne laisserai donc cette course effrénée au blogimat me gâcher le plaisir d’y faire ce qui me plaît. Si le plaisir disparaît, autant stopper les frais.

Donc, comme le dit si bien Guy, j’ai décidé de couper les fils des compteurs et de virer les bouts de code de Sitemeter, Xiti, Performancing et Google Analytics qui polluent ma colonne de gauche. Idem pour celui de Feedburner. Ayant payé la licence de Mybloglog et trouvant le principe d’afficher vos frimousses lorsque vous commentez assez sympa, je conserve le code mais me jure à moi-même de ne plus consulter l’onglet « stats » (Si je rechute, je le baquerai illico) Je conserve également à usage interne le nombre d’abonnés à mon flux RSS, seul indice qui sur le long terme me permettra de savoir si mes élucubrations intéressent encore quelqu’un dans 10 ans.

Re-comprenez-moi bien. J’ai toujours soutenu que la publicité était jusqu’à présent la seule solution pour rentabiliser la création de pages web, et je le maintiens. Le volumes de pages vues, le nombre de visiteurs uniques et tous les autres indicateurs métriques présents et à venir tirent leur sens du fait de vouloir monétiser une activité en ligne pour elle-même, par l’addition des consultations, des liens, du nombre de commentaires, etc. Jusqu’ici, la valeur d’un site est donc toujours définie par des chiffres, calculés par des robots et analysés par des marketeux. Les profondes mutations en cours ont besoin de conserver quelques certitudes et rien de tel que des chiffres à qui l’on fait dire ce que l’on veut pour cela.

Si cette logique convient dans un espace marchand, elle devient caduque dans un espace sur lequel je ne vends strictement rien. Comme Mateusz le disait dans un commentaire à propos de blogueurs payés pour rédiger des billets, on en arriverait presque « à payer pour avoir une discussion avec moi sur mon blog », ce qui est un non sens. Je veux que mon blog reste un endroit où le partage constitue la vraie plus value, sans la pression de vouloir plaire au plus grand nombre ni l’obsession de me savoir lu/écouté/vu demain par plus de gens qu’hier. En fait, je souhaite ardemment que ce soit vous et seulement vous qui puissiez déterminer la valeur de ce blog, chacun séparément avec vos sensibilités et tous ensemble dans les discussions que nous générons. Le reste, les classements à la wannezgaine, les mesurages de bistouquette et les trafics d’influence en ligne, je m’en contrebranle.

Le robot qui évaluera la valeur d’un mail suggérant une chouette vidéo sur Youtube, d’une conversation à bâtons rompus sur skype ou d’un commentaire à contre-poil n’est pas encore né. Et ne verra sans doute jamais le jour. Vous aurez beau être présent dans tous les annuaires 2.0 Ajax Flash Tags Sillicon Brol, ça ne vous empêchera pas de vous flinguer parce que n’aurez jamais été aussi seul que devant votre ordinateur.

Re-re-comprenez-moi bien. Oui, je vais me servir de mon blog pour continuer à « creuser mon trou » dans ce monde brutes. Oui, je continuerai à jouer avec différents supports et à utiliser les outils qui me plaisent le mieux pour « transmettre » l’information qui m’interpelle et la commenter avec vous.

Si certains sont prêts à me rémunérer pour les aider à utiliser au mieux ces outils et en intégrer leurs multiples dimensions dans leur propre business … fine. Si journalistiquement des opportunités s’ouvrent à moi grâce aux échanges, aux tests et aux plantages survenus sur mon blog, re-fine. S’il vous semble que m’aider financièrement pour aller, en dehors de tout chaperonnage éditorial, bloguer/podcaster des événements qui nous bottent ou des personnes qui nous intéressent, est une perspective aguichante… re-re-fine

Mais jamais mon blog n’aura la gueule d’une carrée illuminée de la rue Varin.

…. Vous ne pouvez pas savoir comme la rédaction de ce billet m’a fait du bien !

Sharing is Caring ... Do you care about this content ?

32 réflexions au sujet de « Au diable la calculatrice »

  1. Foguenne

    héhé, sympa le coup de gueule. :D
    Tu es peut-être excessif que tu dis virer tous les trucs pour « mesurer  » ton trafic.
    Tu peux simplement moins t’en préoccuper.
    C’est via ton site que j’ai découvert site meter, j’y passe +- une fois par semaine, juste pour voir un peu ce que ça donne, par curiosité mais sans m’en préoccuper.
    Idem pour Mybloglog que j’ai découvert via ton blog, tu le gardes, car c’est sympa et tu fais bien, ce n’est qu’un petit gadget sympa, il ne faut pas se prendre la tête avec ça. :D

    Sur le fond, tu as raison, mais comme souvent, nous avons le choix de ne pas être dupe des gourous médiatisés.

    Répondre
  2. Promethee

    Souviens toi de ce que je t’ai dit à plusieurs reprises en privé, tu gagnes à la modestie et à l’autodérision qui ont toujours été tiennes, cette capacité à pouvoir te remettre en question, bref, comme on en a déjà longuement discuté :-)

    Répondre
  3. Damien

    …. Vous ne pouvez pas savoir comme la LECTURE de ce billet m’a fait du bien !

    Fini donc le temps où Loïc Lemeur trouvait toute sa place sur ce blog, même si il traîne encore à droite de votre blog. Fini aussi les conférences business de la blogosphère industrielle (Blogeoisie comme aime l’écrit libération)organisées par Le meur ?

    Vous vous en contrefoutez. Pour dire que je vous garde quand même dans mes Flux RSS

    Répondre
  4. damien

    @Paul: un petit coup « d’exèlerateur » de temps en temps ne fait pas de mal :-) Tu sais, ça ne veut pas dire que je vais figer mon blog, que du contraire. Je testerai les nouveautés bidule 2.0 avec d’autant plus de détachement. En tout cas, c’est le but.
    @Mongolito: exact, j’avais vu le truc dans un plug-in wordpress mais je n’ai jamais testé. Ca marche vraiment sur tous les sites/blogs ?
    @Prom': thanx.. c’est le genre de mantra qui fait toujours du bien à se répéter avant d’aller pioncer :-)
    @Damien (wel, ça fait bizarre ;): tu sais, je continuerai à lire ce que Loic raconte parce que je pense qu’il est un baromètre. Depuis que je l’ai découvert, ce type m’a appris un paquet de choses intéressantes grâce à son blog et à la passion qui l’anime. Simplement, je pense que nous n’avons pas les mêmes objectifs dans notre démarche. Quant à ses conférences, ou celles qui seraient organisées par d’autres gars dans son genre, je ne vois pas pourquoi je me priverais d’y aller si l’occasion se présente, si les intervenants sont intéressants ou si les sociétés représentées promettent d’y annoncer de chouettes choses. Tu sais, j’ai toujours aussi faim d’apprendre et de découvrir ce que ces nouveaux entrepreneurs sont capables d’imaginer. Simplement, je crois que maintenant, j’ai dépassé cette période béate où je m’extasais devant chaque niouniouz et que je peux commencer à les recadrer dans leur contexte. Avec vous en plus derrière moi pour me rattrapper si je dis des conneries, je pense qu’il y a moyen de survivre sans trop de problème dans ce genre de conférences :)

    Répondre
  5. sioran

    Bien ce billet…
    En fait je pense que tout blogueur qui débute consulte son compteur, ses stats, attend des commentaires, installe des gadgets etc…presqu’un passage obligé…
    Puis, avec le temps…celà n’a plus vraiment d’intéret.
    J’ai tout viré et si je garde encore Xiti c’est pour une seule chose: y trouver de temps à autre un ou des blogs qui m’ont mis en lien et que je ne connais pas.

    Répondre
  6. damien

    @Sioran: comme tu dis, c’est un passage obligé. On découvre les bidules qui brillent et on teste 36 machins, parfois juste pour le plaisir de remplir l’espace.

    Je n’avais pas pensé à ce « détail » là, mais c’est vrai que c’était souvent par le biais de mes stats que je découvrais des blogs qui me liaient ou me sourçaient… sans cet outil, je vais sans doute passer à côté… sauf si on m’envoie un cht’it mail pour me prévenir quand on fait un lien/une citation vers chez moi ou bien que des lecteurs m’avertissent. J’ai créé des alertes sur google avec le nom du blog et mon nom à moi … jusqu’ici, ça marche plutôt bien (mais 2 ou 3 jours de retard :(

    on verra à l’usage

    Répondre
  7. mehmet

    « rédac’ chef d’une colonie d’intrépides blogueurs disséminés de part le monde, dont le seul objectif aurait été de dénoncer les magouilles des corrupteurs d’opinion publique et les profits bien mal acquis des nababs bordés de bikinis. »

    Monsieur le rédac’chef, je vous propose ma candidature pour rejoindre votre rédaction. :)

    Répondre
  8. Denis

    Damien je ne comprends pas vraiment le lien entre la rue Varin et la consultation des stats?

    Tu ne veux pas te classer, te quantifier ou tu ne veux plus faire de « product placement »?

    Répondre
  9. Jonathan Loriaux

    « …. Vous ne pouvez pas savoir comme la rédaction de ce billet m’a fait du bien ! »

    Tu ne peux pas savoir comme tout ces coups de gueules récents font beaucoup de bien au blogomachin. C’est une sorte de nouvelle légitimation, une sorte de révolution (pas si) silencieuse (que ça). Simplement retirer les guirlandes pour revenir à ce qui fait la force de blogs, la discussion !

    Cela fait bien longtemps que j’ai viré même l’idée des tags technorati et qu’il ne reste d’un bout de Google Analytics sur mon blog, et ce n’est pas demain la veille que d’autres bouts de javascript verront pointer le bout de leur nez sur mon blog.

    Répondre
  10. kooolman

    suis d’accord avec sorian. cela (ne) fait (que) 4 mois que je blogue même si je suis sur le terrain du web depuis +10ans. j’ai toujours l’envie d’ajouter des ptits gadgets par-ci par-là, de consulter les stats +10 fois par jour, mais je sens déjà pointer l’envie de tout arrêter.
    mais pas TOUT arrêter. seulement, retrouver le pourquoi je blogue, l’amusement.
    je me surprend parfois à en avoir marre de chercher après une vidéo d’un film parce qu’aujourd’hui, dans le vidéoblog, c’est le jour du cinoche; de lire une montagne de fils rss pour trouver LA news à laquelle je vais consacrer un billet; …

    je crois qu’il est bon parfois de relever la tête du guidon.
    merci pour ce billet Damien, je vais y repenser en allant courir (afin d’éliminer un maximum de Becherovka de mes veines :)))

    Répondre
  11. Jonathan Loriaux

    Mehemet > « Monsieur le rédac’chef, je vous propose ma candidature pour rejoindre votre rédaction. :) »

    Je veux bien faire partie du commité de recrutement … et d’autres choses aussi … (bon, à quand une coopérative de bloggueurs ?)

    Répondre
  12. damien

    @Mehmet: alors ça, c’est une toute bonne nouvelle ! faut qu’on se remette à table un de ces quatre :-) Y’a d’autres amateurs dans la salle ?

    @Denis: pour moi, le lien se situe dans le fait que quantifier une audience n’a d’autre but que de pouvoir déterminer un CPM, un ROI etc… La question qui revient tout le temps c’est: « A partir de quel volume, de combien de pages vues/visiteurs uniques, de la pub pourrait rapporter du pognon ». En cessant de compter, j’éliminie la possibilité de faire ce calcul, du moins sur base des rapports de force actuel.
    Par rapport au « product placement », c’est seulement maintenant que je n’aurai plus aucun scrupule à parler de produits, des bidules, de sites, de services qui me plaisent/me déplaisent puisqu’on ne pourra plus me soupçonner de vouloir « faire de l’audience » en favorisant/démontant un produit en particulier. Je le ferai en tout honnêté, comme avant, mais sans plus avoir la déséagrable sensation de me sentir « redevable » par rapport à quelqu’un qui me file un truc à tester

    Répondre
  13. Denis

    Si cela t’allège l’esprit :)

    Ce qui est in fine intéressant c’est l’effet libérateur que cela peut produire sur d’autres. Le diktat du post qui score n’est jamais qu’un carcan mental perso. Il suffit effectivement de l’oublier.

    Si il y a une place dans le comité de rédaction j’ai bien envie d’en être…

    Répondre
  14. promethee

    Une plateforme de blogueurs avec des plumes aux sensibilités différentes ? Des articles-dossiers bien montés qui font primer la cerise sur le gâteau de l’info plutôt que la simple colportation de ce qui se trouve dans les médias classiques ? Un panel de thèmes qui varient de la politique bruxelloise à la culture à Anvers, de l’appréciation d’un cd à celui d’une pièce d’un relais château dans la région namuroise ? Cela n’existe pas en Belgique francophone et c’est un beau concept à creuser, je suis même persuadé qu’il y a moyen d’en faire quelque chose de très bien…

    Rigueur, indépendance de ton et souci du détail…

    Une idée à creuser…chaque plume pouvant rester anonyme, il suffit d’une plateforme avec des accès limités et des parrainages progressifs. Pas une auberge espagnole comme Agoravox où le bon côtoie trop souvent le pire…

    Répondre
  15. Benoit Marchal

    « J’en ai ras le blackberry de checker les mots-clés utilisés par plus de 70 pc de ceux qui aboutissent chaque jour sur mes pages pour optimiser les titres de mes billets ou les tags technorati. »

    [et toute la suite mais je vais pas recopier la moitié de ton billet]

    Put* ! Je sais que ça se fait mais je reste sur le cul de lire que tu t’adonne(ais) à ce genre de pratiques. Si elles te font faire ça, tu as bien raison de ne plus regarder tes stats.

    Concentre-toi sur les sujets qui te passionnent. Parle de ce qui t’interessent et laisse ton enthousiasme (et tes lecteurs) faire ta pub. C’est beaucoup moins stressant et bien plus gratifiant !

    –ben

    Répondre
  16. damien

    @Benoît: »je reste sur le cul de lire que tu t’adonne(ais) à ce genre de pratiques ». Pour les url, je le faisais plus par habitude qu’autre chose, ce n’était qu’une manip en plus (typepad ne permet pas les url complètes donc si je voulai que le billet soit bien réérencé, il fallait que le sujet principl soit le 1er terme utilisé dnas le titre … euh, je ne sai spa ssi c’est très clair comme explication :)
    Sur le fond, t’as 100 fois raison .. d’où le baquage général :)
    @SC: Je pense qu’il y a moyen de faire 10.000 fois mieux qu’un webzine. Si tu ajoutes du son , de la vidéo, des reportages de fond, des collaborations ponctuelles, des exclus, du communautaire, de la rémunération … ça ne s’appelle plus un webzine mais un multi-média qui a une putain de gueule :)
    euh… c’est quoi les contrôles active x ?

    Répondre
  17. fabrice grosfilley

    Au risque de passer pour un vieux con, vous êtes en train de vivre ce que les animateurs des radios libres (années 80, ma génération) ont connus : une explosion avec le sentiment festif d’ouvrir des portes cadenassées, puis l’arrivée d’une dimension commerciale, pas toujours agréable, avec des réussites phénoménales mais aussi quelques morts sur le carreau. Au final seuls les meilleurs projets ont survécus. Il y a bien sur des différences de taille : le blog est un exercice individuel, la radio un travail d’équipe, et l’investissement financier n’est pas le même, mais aussi quelques correspondances entre les deux époques.
    Excellente suggestion de fédérer les blogs belges les plus interessants et les plus crédibles.
    A Damien : si vous êtes reconnus dans la blogosphère (et un peu au délà quand même) c’est grace à votre talent et à votre expertise, vos stats n’y changeront rien. Et toutes les stats du mondre pas n’arriveront pas à identifier vos lecteurs. Tant que vous n’adopterez pas ici une démarche commerciale, mieux vaut 12 lecteurs réguliers, intelligents et interessés que le passage de milliers d’imbéciles.

    Répondre
  18. SC

    Ce n’est que mon opinion et je suis très conscient de son côté éventuellement rétrograde mais le systématisme du podcast et du communautaire où n’importe quelle buse y va de son commentaire et où le truc consiste surtout à caler du people qui bouge sur sa page d’accueil ont tendance à me laisser plus froid qu’un fishtick non pané ;-D

    Faut aussi penser au fait que si tu veux du son, de la vidéo, des exclus et des reportages de fond, ça reste pour le moment plus intéressant de sortir ça en DVD que sur le net (ce qu’a fait le magazine Vice avec son délire filmé où des copains à Johnny Knoxville interviewent le Hezbollah et le Cartel de Cali…)

    Cela dit, sans chercher à personnellement grignoter de la pige, si tu lances un truc, fais toujours signe, ça m’intéressera de voir ;-)

    PS : quand je viens ici, il y a deux fenêtres demandant l’autorisation d’un contrôle ActiveX qui apparaissent coup sur coup, ça rame un peu, quoi…

    Répondre
  19. SC

    « (Radios Libres) Au final seuls les meilleurs projets ont survécus. »

    Ca, c’est vraiment une opinion personnelle mais néanmoins immensément discutable !!!

    « Excellente suggestion de fédérer les blogs belges les plus intéressants et les plus crédibles. »

    C’est pas inintéressant mais pour un exercice aussi individuel qu’un blog, ça remettrait pas mal en question quant à la façon de mener sa barque.

    Répondre
  20. fabrice grosfilley

    a SC : OK, le « meilleur » c’est déjà subjectif. Je suis d »accord avec vous. Disons les projets les plus rentables (radio commerciales) ou les équipes les plus stables ou les plus à même de se renouveller (radio non commerciales).

    Répondre
  21. damien

    &Fabrice: héhé, c’est marrant, c’est exactement la même chose à laquelle je pensais en relisant l’épopée de Radio Caroline ;-) « enfoncer des portes cadenasseés »: on est en plein dedans, sauf que les gus de l’époque étaient vraiment des francs tireurs qui ne se tracassaient pas de quoi demain serait fait … mon banquier tirerait une drôle de tête si je venais lui proposer de payer les traites de ma baraque, de ma bagnole et de l’éducation de mes filles avec un paquet de podcasts, fussent-ils vidéo et bigremment intéressants :)

    Certes, l’envie de sortir des sentiers battus ne manque pas, mais je me dois d’être un minimum réaliste. Comme vous le dites, seules ceux qui ont su trouver un compromis entre leurs idéaux et une certaine réalité économique s’en sont sortis. Et sur ce coup-là, j’ai plus à perdre qu’à gagner … Ceci dit, merci pour les fleurs, venant de votre part, ça me touche d’autant plus.

    @SC: faire du podcast ou du communautaire n’est clairement pas un objectif en soi et, dans ma conception des choses, surtout pas pour parler des fesses de Paris Hilton ou de la dernière robe de la princesse Mathilde (ou inversément :-)

    Quant à fédérer des blogs belges intéressants, c’est évidemment une idée qui doit faire son chemin mais je ne suis pas sûr d’avoir l’âme et la persévérance d’un entrepreneur …(cfr mon banquier)

    Répondre
  22. Jonathan Loriaux

    SC > « le systématisme du podcast et du communautaire »

    C’est peut-être justement parce qu’il y a moyen de dépasser ce genre de choses qu’il faudrait y réfléchir. Le communautaire et le podcast ne sont pas une fin en sois.

    Concernant les Radios Libres, comme tu le disais Fabrice, les moyens nécessaires sur internet son immensément différents de ceux nécessaires dans le monde radiophonique. Avec un minimum de connaissances en informatique et (c’est le plus dur) beaucoup de temps, il y a moyen de construire des choses très intéressantes.

    Répondre
  23. David L.

    salut Damien,
    je constate avec effarement que tu étais méchamment shooté à la webdeuzhéroïne… Bonne désintox ;-)
    Si la volonté existe (?), il faudrait effectivement discuter de cet organe de presse investigatif et multimédia qui trotte dans la tête de certains d’entre nous depuis des mois, voire des années…
    Mais pour ficeler un projet viable économiquement, il faut avoir en tête dès le départ que démarcher des investisseurs potentiels peut prendre des mois, bouffer pas mal d’énergie et générer beaucoup d’amertume. Mais que ce recadrage financier ne brise aucun élan!

    Répondre
  24. Mateusz

    Salut Damien,

    bel exercice ! Fini de se faire son petit fix de stats quotidiennes.

    Et, évidemment, je suis intéressé par une participation à un « multi-média qui a une putain de gueule ».

    PS : ça a donné quoi le contact avec l’ABE ?

    Répondre
  25. damien

    @David&Mateusz: ouaip, je commençais furieusement à ressembler à un webcamé :) La preuve, ça fait trois jours que j’ai recommencé à fumer .. qui a parlé de compensation ?
    Pour ce qui est du projet de notre boulot de dans deux ans, je suis en train de faire un peu le tour des possibles. j’ai un billet à ce sujet dans le tube ;)
    @Mateusz: très chouette réunion à l’ABE, je crois qu’on va bosser ensemble.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>